La croissance stratosphérique des géants du luxe depuis deux bonnes années apparaît révolue. Les derniers mois ont marqué un ralentissement net de la progression des ventes chemise ralph lauren de LVMH, PPR et autres Hermès.

En cause, la crise, qui s’est traduite par une moindre demande en Europe malgré l’afflux de touristes amateurs de shopping mais aussi une moindre frénésie de consommation des Chinois et des changements de comportements dans le rapport au luxe, estiment les experts du secteur.

“On est entré dans une nouvelle séquence, celle d’un luxe correspondant à un monde en crise, où un phénomène de régulation est en train de s’opérer”, juge le sociologue Eric Fouquier, fondateur du bureau d’études Thema.

“Le luxe, expression de la richesse et de la stratification sociale, ne peut pas sortir intact d’une crise systémique, il est branché sur la grille économique et sociale. Sur les 1% de riches de la chemise ralph lauren pas cher planète qui ont fait la croissance exponentielle des groupes de luxe, certains commencent à déconsommer et à aller vers moins d’ostentatoire”, dit-il.

Depuis 2010, les poids lourds du secteur affichaient des croissances insolentes, leurs chiffres d’affaires et bénéfices évoluant avec des progressions de plus de 30% pour certains, assortis de marges étincelantes.

Mais les premiers signaux de ralentissement se sont accumulés sur le deuxième semestre 2012, notamment chez la première marque mondiale du luxe Louis Vuitton, dont les ventes annuelles pèsent près de 7,5 milliards d’euros et qui est la locomotive du numéro un mondial LVMH. Ou encore chez Gucci (PPR), autre ralph lauren soldes mastodonte, qui pèse toutefois deux fois moins que Vuitton.

La tendance s’est clairement confirmée au premier trimestre 2013, en particulier sur la mode et la maroquinerie, cruciale pour les marges.

Chez LVMH, la progression de la division Mode et maroquinerie n’avait jamais été aussi pâle depuis fin 2009 (+3%). “Une grosse déception”, aux yeux des analystes.

Jeudi soir, PPR a publié à son tour des chiffres plus faibles qu’attendu, et même “spectaculairement décevants”, selon un analyste parisien. Et ce, en raison du ralentissement de Gucci mais aussi  ralph lauren du spécialiste du cuir tressé Bottega Veneta, qui freine brutalement. Une phase de transition peut-être durable.
Les ventes de montres suisses, qui ont également connu un développement fulgurant ces dernières années, ralentissent elles aussi depuis plusieurs mois.

“Nous n’atteindrons plus des taux de croissance de 15, 20 à 30%”, indiquait en mars Nick Hayek, patron de Swatch Group, numéro un mondial de l’horlogerie. Il table plutôt pour une progression des ventes du secteur de 5% à 10% en 2013.

Les montres ont notamment moins séduit de Chinois, une clientèle qui assure aujourd’hui à elle seule un tiers des achats de biens de luxe dans le monde, à domicile ou lors de voyages à l’étranger. La consommation a globalement freiné en Chine même et des mesures anti-corruption limitant les cadeaux de luxe polo pas cher ont aussi eu un impact, jugent des experts.

“Si Hermès s’en tire mieux, c’est parce que son offre est beaucoup plus restreinte que celle d’un Vuitton, on n’est pas dans les mêmes logiques en volume. D’autres tirent bien leur épingle du jeu parce qu’ils sont dans la lumière en ce moment, comme Prada ou Céline”, estime Thomas Mesmin, analyste chez Cheuvreux.

Selon lui, “le luxe est dans une phase de transition qui pourrait durer plusieurs trimestres. Le ralentissement est logique. Les grands groupes ont déjà utilisé une bonne partie du potentiel de la clientèle des pays émergents, notamment de la Chine. Mais il est loin d’être épuisé”.

“Certaines grandes marques doivent réussir le défi de conserver leurs clientèles haut de gamme tout en captant la nouvelle classe moyenne émergente. Or, pour se différencier, les riches clients polo pas cher chinois par exemple veulent maintenant d’autres produits que ceux auxquels accède la middle class”, note Thomas Mesmin.

Au niveau mondial, les ventes de produits de luxe avaient régressé en 2009 avec la crise, avant de remonter sensiblement en 2010. Elles ont explosé en 2011 (+20%), ont ralenti en chemise ralph lauren 2012 (+12%) et devraient, selon le cabinet Bain & Company, progresser de 10% en 2013. A moins que des effets de change défavorables (dollar, yuan, yen…) ne persistent et assombrissent le tableau.

Le groupe de luxe ST Dupont a vu ses ventes augmenter de 12,4% sur l’exercice 2012-2013 achevé fin mars, à 74 millions d’euros, portées par une progression des briquets et stylos chemise ralph lauren pas cher mais aussi de la maroquinerie et des accessoires.

La croissance organique est de 9,8%, à laquelle s’ajoute un effet de change positif de 2,6%, détaille un communiqué publié vendredi.

Les ventes de briquets et stylos ont crû de 13,9% (+11,9% de croissance organique) à 42,3 millions d’euros et celles de la maroquinerie et des accessoires de 10,5%  chemise ralph lauren(+7% organique) à 37,1 millions d’euros.

ST Dupont, qui a fêté ses 140 ans l’an dernier, a longtemps fabriqué des malles de voyage sur-mesure, avant de se lancer au milieu du XXe siècle dans les briquets puis, au cours des années 1970 ralph lauren soldes, dans les stylos laqués. L’usine de Faverges en Haute-Savoie (250 salariés) produit plus de 100.000 stylos et autant de briquets par an.

En 2012, les ventes dans les boutiques ST Dupont ont moins progressé que celles réalisées via des distributeurs, affichant respectivement +6,8% et +26,1%. Mais les magasins ST Dupont ont généré les deux-tiers des recettes, contre un tiers pour les distributeurs.

Le groupe indique que, hors effets de change, “les zones les plus dynamiques sont les USA (+67%), la Russie (+56%) et la Corée (+37%)”, tandis que les ventes en Chine ont progressé de 9% grâce à l’extension du réseau de boutiques en propre.

Au quatrième trimestre, le chiffre d’affaires a progressé de 11,4% à 18,2 millions d’euros, dopé par des ventes en hausse en France, à rebours de la tendance générale dans le reste de l’Europe où les marchés espagnol, italien et allemand notamment ont été à la baisse.

Globalement, les ventes de briquets et stylos ont marqué le polo pas cher pas en fin d’année (+1,9% à 9,2 millions d’euros) “dans un marché de l’écriture atone en Europe et malgré la bonne tendance confirmée des briquets traditionnels”.

A l’inverse, la progression de la maroquinerie, des accessoires et du prêt-à-porter s’est accélérée sur le dernier trimestre 2012 (+23,1% à 9 millions d’euros) “grâce notamment à la performance des nouvelles lignes de maroquinerie à l’export, ainsi qu’à la bonne tenue du prêt-à-porter en Asie”.

Sur les neuf premiers mois de l’exercice, les ventes étaient en hausse de 13% à 55,8 millions d’euros, mais le bénéfice net en retrait de 45% à 1,8 million d’euros.

Les résultats annuels sont attendus le 28 juin. Le ralph lauren groupe, contrôlé par le milliardaire de Hong Kong Dickson Poon, avait dégagé en 2011-2012 un bénéfice net part du groupe de 2,4 millions d’euros.

Swatch, la célèbre marque suisse de montres en plastique multicolores, a dévoilé jeudi à Bâle sa dernière innovation, une montre équipée d’un mouvement mécanique produite à ralph lauren une échelle industrielle.

Cette prouesse technologique a été réalisée en décomposant le mouvement en cinq modules assemblés au centre par une vis unique. Baptisée Sistem 51, soit le nombre de composants utilisés dans le mouvement, la montre sera déclinée en trois styles différents pour la première collection, qui fera son arrivée dans les boutiques en octobre.

“Elle sera vendue dans la plage de prix classique de Swatch, entre 100 et 200 francs suisses”, a indiqué Nick Hayek, le directeur général de Swatch Group, qui, sans en révéler le prix exact, chemise ralph lauren pas cher a précisé que le prix se situeraient plus proche de 100 francs suisses (81,16 euros).

Les montres mécaniques ont permis à l’horlogerie suisse de luxe de connaître un formidable essor ces dernières années, mais elles nécessitent un long travail d’assemblage à la main, qui permet de justifier leur prix onéreux.

Parmi les montres présentées cette semaine à Baselworld, le plus grand salon mondial de l’horlogerie et de la joaillerie qui a ouvert jeudi ses portes au public, certaines pièces se vendent au-delà d’un million d’euros.

“Mais il faut des innovations qui viennent également de la masse”, a déclaré Nick Hayek, qui a ajouté que la montre serait produite entièrement en Suisse.

La montre Sistem 51, protégée par 17 brevets, a mobilisé une centaine d’horlogers et d’ingénieurs du groupe Swatch pendant deux ans. Pour cette édition de Baselworld, Nick Hayek a ralph lauren soldes choyé la marque Swatch qui souffle cette année sa trentième bougie, lui offrant pour la première fois un stand sur le salon.

Le groupe Swatch dispose d’un vaste portefeuilles de marques, telles Breguet, Omega et Tissot, qui font partie des griffes horlogères incontournables à Baselworld mais la marque Swatch n’avait jusqu’à présent jamais été représentée au salon.

Pour fêter dignement cet anniversaire, Nick Hayek lui a consacré toute une halle où seront organisés chaque jour des événements différents, dont la présentation d’une rétrospective de tous polo pas cher les modèles lancés depuis sa création en 1983.

Le succès de la marque Swatch a permis à la famille Hayek de bâtir un véritable empire horloger, dont le chiffre d’affaires a dépassé 8 milliards de francs suisses en 2012.

Le groupe ne divulgue jamais le détails de ses chiffres par marque, mais les ventes de ses montres en plastiques multicolore ont avoisiné 720 millions de francs suisses en 2012, selon les chemise ralph lauren estimations des analystes de la banque Vontobel.

Le groupe de luxe et d’habillement sportif PPR a réalisé un chiffre d’affaires en hausse de 1% au premier trimestre, plus faible qu’attendu par chemise ralph lauren les analystes, tiré par le luxe mais pénalisé par Puma, dont les ventes ont souffert surtout en France et en Italie.

Le chiffre d’affaires ressort à 2,36 milliards d’euros, soit une progression de 3,1% à périmètre et taux de change comparables. Le consensus d’analystes de DowJones Newswires tablait sur une hausse de 5,1% à 2,46 milliards. PPR, qui se rebaptisera Kering le 18 juin lors de son assemblée générale, se dit néanmoins ralph lauren soldes ”très confiant pour le futur et dans (sa) capacité à améliorer ses performances sur l’ensemble de l’année 2013″. “L’année 2013 débute de manière satisfaisante grâce au pôle luxe qui poursuit sa croissance”, a commenté le directeur financier Jean-Marc Duplaix lors d’une conférence téléphonique. Ce pôle (Gucci, Bottega Veneta, Yves Saint Laurent, Alexander McQueen, Stella McCartney, Balenciaga, Brioni, Boucheron, Girard-Perregaux…) a réalisé des ventes de 1,52 milliard d’euros, en croissance de 4,5% (+6,4% à taux de change et périmètre comparables, contre +18% au premier trimestre 2012).

La mode et maroquinerie ont affiché une hausse de 7% à taux de change et périmètre comparables, avec des contrastes entre le poids lourd de la division, Gucci, dont la progression chemise ralph lauren pas cher des ventes a ralenti (+4%), Bottega Veneta (+8,8%) et Saint Laurent en grande forme (+18,7%). Le pôle Sport et Lifestyle accuse un repli de 4,9% (-2,5% à taux de change et périmètre comparables) à 842,7 millions d’euros, plombé par les difficultés de son géant, l’équipementier sportif allemand Puma, en repli de 2,3% à périmètre comparable (781,6 millions d’euros). Puma a fermé 45 magasins non rentables au cours du trimestre.

“L’arrivée d’un nouveau CEO de Puma va permettre de donner polo pas cher un coup d’accélérateur” pour redynamiser la marque, a dit Jean-Marc Duplaix. PPR avait annoncé le 18 avril la nomination d’un nouveau patron pour la marque allemande qu’il détient à plus de 80%, Björn Gulden, un Norvégien de 47 ans qui dirigeait auparavant le groupe de bijouterie danois Pandora.

Pour PPR, “le trimestre a été caractérisé par une hausse du chiffre d’affaires alors même que nous avions une base de comparaison élevée”, a estimé M. Duplaix.

“Dans un environnement macro-économique qui reste ralph lauren contrasté, nous demeurons vigilants en matière de coûts et poursuivons une politique d’investissement sélective”, a-t-il ajouté.

Plutôt que de soutenir des industries en perte de vitesse, les Pouvoirs publics devraient s’intéresser et appuyer les industries qui fonctionnent aujourd’hui, les industries chemise ralph lauren pas cher créatives. C’est ainsi que Sidney Toledano, Pdg de Christian Dior Couture, a apostrophé Julien Dourgnon, le conseiller politique d’Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif, présent au festival de la mode et de la photographie de Hyères.

Pour le dirigeant du monde du luxe, ce dernier rayonne dans le monde entier avec ses griffes françaises et européennes et pourtant n’est pas considéré par les politiques: “On n’ose chemise ralph lauren  même pas dans les cercles politiques parler de luxe. On préfère le terme de haut de gamme, plus acceptable”, selon certains.

Pour autant, comme l’ont ralph lauren soldes  bien précisé le PDG de Dior et Ralph Toledano, président de la division mode du groupe Puig, ce n’est pas pour leurs entreprises qu’ils réclament l’aide de l’Etat. “De ce côté, ça va bien”, ont-ils souligné d’une même voix devant Julien Dourgnon à la soirée du festival à l’hôtel-restaurant La Bastide à Hyères.

Pour Sidney Toledano, l’important porte notamment sur la formation en France. “Nous embauchons des stylistes anglais et belges parce qu’ils sont meilleurs parce que mieux formés”, a-t-il souligné. Il a évoqué aussi les tracasseries que mettent en avant certains pays en matière de contrôle des produits, les droits de polo pas cher douane excessifs de pays comme le Brésil, etc. De même le financement de cette industrie.

Comme l’a affirmé le PDG de Dior, l’atout numéro 1 des Européens, aujourd’hui, c’est l’innovation. Il faut donc la soutenir. Il compte pour cela notamment sur la BPI (Banque publique d’investissement) qui devrait être le bras armé, financier, de cette stratégie.

“Toutefois, a souligné Isabelle Ginestet-Naudin, directrice déléguée Capital Développement de la Caisse des Dépôts, la BPI est en cours de mise en place”. En clair, laissez-lui le temps de s’installer.

Julien Dourgnon a évidemment répondu. Il n’a pas polo pas cher manqué de rappeler que l’Etat aide déjà les industries créatives et en particulier la mode. “Par exemple, l’Etat finance déjà entre 35 et 40% du budget de l’Institut Français de la Mode”, a-t-il relevé et bien d’autres choses encore.

Clarisse Reille de son côté, a défendu le Défi dont elle est la directrice générale, qui finance notamment nombre de sociétés à l’exportation en évoquant la crainte que celui-ci voie ses moyens se réduire.

Le conseiller d’Arnaud Montebourg a eu beau jeu ralph lauren de renvoyer les entreprises des industries créatives à leurs obligations. “Vous fonctionnez bien, a-t-il expliqué. A vous de vous impliquer davantage dans la filière. D’être plus solidaires de l’ensemble des acteurs de la mode”.

Il y avait certes moins de ministres et de femmes politiques à Hyères que pour la dernière édition du salon Made in France au Carrousel du Louvre. Mais, comme l’a souligné Sidney Toledano. “Il suffit de nous appeler et nous répondrons présents “.

Welcome to Blog.com.

This is your first post, produced automatically by Blog.com. You should edit or delete it, and then start blogging!